Derrière, une ombre – premières pistes

Nouveau chantier d’écriture théâtrale jeune public.
Entre le rugueux réel et les échappées oniriques, un frère et une sœur partent en voyage intérieur…

Un petit frère qui voudrait devenir grand
Une grande sœur qui voudrait décider seule.
Autour d’eux, une ombre, mi-amicale, mi-dangereuse…
Un monde où tout est possible,
tout, sauf…
Sauf…

Cela pourrait commencer comme cela…

Celui qui raconte : Tout commence dans la pénombre d’une chambre d’enfants – la chambre de deux enfants, plus exactement.
Tu peux savoir cela facilement parce que, de chaque côté de la pièce, il y a deux lits qui se font face. L’un est grand, l’autre n’est encore qu’un petit lit.
Cela te paraîtra peut-être étonnant, mais tout, dans cette chambre d’enfants, est parfaitement rangé ; et les livres, les jouets, les vêtements sont tous impeccablement alignés dans leurs bibliothèques, étagères ou commodes respectives, oui !
Si tu regardes attentivement dans la pénombre de cette pièce, tu pourras distinguer, sur les murs, un grand nombre de photographies et de dessins d’animaux – des oiseaux, plus précisément des chouettes. Tu vois la hulotte et la chevêche, la rayée, la tachetée et la chouette à lunettes, aussi ; et, regroupées autour du petit lit, de nombreuses photographies de belles effraies aux plumes blanches…
Toutes ont le regard fixé droit sur cette chambre.
Toutes semblent veiller.
Et si jamais tu décidais d’écouter soigneusement, tu pourrais bien entendre soupirer ; à moins qu’il ne s’agisse plus justement de gémissements ou d’une plainte – des sanglots.
C’est que, dans un coin de la chambre, un petit garçon est accroupi, qui s’appelle Tom.
Il se tient recroquevillé sur lui-même, Tom, la tête entre les genoux.
Il serre très fort contre lui son Arthur, son doudou.
Tom : Je veux pas dormir. Je veux pas ! Je veux pas faire la sieste. Je veux pas, alors je fais pas !