Du Piment dans les yeux

Le TexteLire le début du texteEn images...
Résumé

Du piment dans les yeux est l’histoire croisée de Mohammed et d’Inaya, tous deux partis sur les routes pour tenter l’aventure d’une vie meilleure. Elle fuit la guerre, lui est mû par une inextinguible soif d’apprendre et de continuer à étudier. D’une séquence à l’autre, nous suivons en alternance le parcours de ces deux jeunes gens qui affrontent notre monde et – sans résignation – luttent pour se construire une existence digne.
Du piment dans les yeux commence légalement et finit sans papiers, commence sous le ciel d’Afrique et se termine dans des rues de France. Entre les deux : les exils, les fuites, la débrouille et surtout, l’irrésistible envie de ne pas subir.

Remerciements…

L’écriture Du piment dans les yeux a été accompagnée par le collectif À Mots découverts dans le cadre d’une résidence Encre Fraîche au théâtre de Rungis. Un immense merci à Patrick Azam, May Bouhada, Clémentine Lebocey, Delphine Salkin et Samy Zerrouki pour leur engagement et leur intransigeance joyeuse.
Le texte est une double commande du CDN Le Fracas, à l’occasion d’un projet dirigé par Julien Geskof avec les élèves du Lycée Paul Constans de Montluçon et de la compagnie Anteprima, dirigée par Antonella Amirante qui signe la création du texte en novembre 2016. Merci à eux aussi pour l’aventure et la beauté du risque.
Ce texte n’aurait pu voir le jour sans le travail d’Olivier Favier, qui rencontra, recueilli et retranscrit la parole de Mohamed Zampou. Toutes mes pensées à eux deux également.

Du Piment dans les yeux est lauréat 2016 de l’aide à la production du ministère de la culture et de la communication – Artcena.

Un

3 – Imaginez : un gamin qui marche seul sur le trottoir de sa ville.
4 – Un gamin ?
3 – C’était il y a longtemps alors je dis un gamin, oui.
1 – Soleil de plomb.
2 – Ombres courtes.
1 – Et lui qui marche en bordure de trottoir.
3 – Un pied devant l’autre…
2 – Il danse, presque !
4 – C’est Mohamed ?
1 – Évidemment, c’est Mohamed.
2 – Je vous présente Mohamed : marcheur en équilibre sur le trottoir empoussiéré de sa ville.
4 – Regardez : il porte déjà son T-shirt VICTORY – deux doigts levés sur un soleil levant.
      Mohamed – La Victoire.
1 – C’est comme ça qu’on l’appelle dans les cours de son quartier.
      Mohamed – Mohamed Victory.
3 – Dans les ruelles du port.
1 – Salut à toi, Mohamed La Victoire !
4 – C’était il y a longtemps.
3 – Son T-shirt est encore presque neuf.
      Mohamed – J’ai quinze ans.
3 – Un gamin !
1 – C’était il y a longtemps !
      Mohamed – Je termine le collège. Aujourd’hui, je termine le collège !
3 – Et maintenant, tu cours presque sur le trottoir de ta ville.
      Mohamed – Je ne veux pas courir !
4 – Il presse le pas, joyeux, mais il ne veux pas courir, non.
      Mohamed – C’est quand même mieux de pas transpirer quand tu annonces une bonne nouvelle !
1 – Il s’imagine déjà annonçant sa nouvelle.
3 – Il s’imagine le visage de son père.
      Mohamed – Celui de ma mère, surtout !
1 – Ça n’arrive pas tous les jours dans la maison, une bonne nouvelle.
      Mohamed – Je suis heureux !
1 – Les temps sont difficiles.
3 – Tu es fier, aussi.
1 – Il faut se serrer la ceinture.
4 – Mohamed presse son pas.
      Mohamed – Mais je ne cours pas !
3 – Juste ce qu’il faut pour arriver chez lui avant que son père ne reparte au travail.
      Mohamed – Je ne cours pas !
4 – Il ne veut pas courir, non.
      Mohamed – Mon cœur, mon cœur
      Demain pour toi
      Ma vie bonheur
      Je serai roi

1 – Et voilà son père !
3 – Amadou.
1 – Regarde.
4 – Fin prêt pour commencer sa seconde journée de travail.
1 – Amadou.
4 – Corps sec.
3 – Regard vert.
4 – Amadou décharge des camions toute la journée au marché gare d’Abidjan et, la nuit, il décharge des bateaux sur le port.
      Amadou – Les temps sont difficiles.
4 – Une vie entière à remplir un pays pour finir par n’avoir presque rien pour soi !
      Amadou – Il faut se serrer la ceinture.
4 – Un pays qui n’est même pas le tien…
      Mohamed – Papa !
      Amadou – Je suis pressé. Je dois partir.
      Mohamed – Papa, j’ai réussi mon examen !
      Amadou – C’est bien !
      Mohamed – J’ai eu les félicitations de mon collège ! Je suis le premier de toute la classe – on est plus de cent, tu te rends compte ?! Plus de cent !
      Amadou – Tu peux être fier de toi.
      Mohamed – Ils me réservent une place pour l’année prochaine !
      Amadou – L’année prochaine, c’est ton frère qui va à l’école.
      Mohamed – Papa, j’ai réussi mon examen !
      Amadou – Maintenant, je dois aller au travail. Va voir ta mère, elle est dans la cour.
      Mohamed – Je veux pas arrêter l’école. Je veux continuer mes études, papa !

1 – Tu entends ce crachotement dans la rue ? C’est Amadou qui est monté sur sa Peugeot.
4 – Une vieille 102 bleue…
      Mohamed – Je veux pas travailler tout de suite, papa. Je veux pas !

Du Piment dans les yeux a été créé le 3 novembre 2016 au théâtre de Vienne (38)
par la Compagnie Anteprima
Mise en scène : Antonella Amirante
Regard chorégraphique : Mickael Phelippeau
Avec : Fatou Ba, Lena Dia, Jean-Erns Marie Louise et Mohamed Zampou