Du piment dans les yeux

le textele contexte d'écriturelire le début du texteimages de la création

Du piment dans les yeux est l’histoire croisée de Mohammed et d’Inaya, tous deux partis sur les routes pour tenter l’aventure d’une vie meilleure.
Elle fuit la guerre, lui est mû par une inextinguible soif d’apprendre et de continuer à étudier.
D’une séquence à l’autre, nous suivons en alternance le parcours de ces deux jeunes gens qui affrontent notre monde et – sans résignation – luttent pour se construire une existence digne.

Du piment dans les yeux commence légalement et finit sans papiers, commence sous le ciel d’Afrique et se termine dans des rues de France.
Entre les deux : les exils, les fuites, la débrouille et surtout, l’irrésistible envie de ne pas subir.


Du Piment dans les yeux est une double commande du Fracas, CDN de Montluçon et d’Antonella Amirante, compagnie Anteprima.

Le texte a été accompagné et sélectionné par le collectif A Mots découverts.
Il a reçu l’aide à la création d’Artcena.
Il est finaliste du prix Ados de la Maison du Théâtre d’Amiens.
Il est lauréat du prix Collidram, porté par l’association Postures.

Le texte est édité aux éditions Les Solitaires intempestifs.

Présentation du texte


L’origine du texte


Les thèmes abordés


Le contexte artistique


Les difficultés d’écriture

Un

– Imaginez : un gamin qui marche seul sur le trottoir de sa ville.
– Un gamin ?
– C’était il y a longtemps alors je dis un gamin, oui.
– Soleil de plomb.
– Ombres courtes.
– Et lui qui marche en bordure de trottoir.
– Un pied devant l’autre…
– Il danse, presque !
– C’est Mohamed ?
– Évidemment, c’est Mohamed.
– Je vous présente Mohamed : marcheur en équilibre sur le trottoir empoussiéré de sa ville.
– Regardez : il porte déjà son T-shirt VICTORY – deux doigts levés sur un soleil levant.
Mohamed – La Victoire.
– C’est comme ça qu’on l’appelle dans les cours de son quartier.
Mohamed – Mohamed Victory.
– Dans les ruelles du port.
– Salut à toi, Mohamed La Victoire !
– C’était il y a longtemps.
– Son T-shirt est encore presque neuf.
Mohamed – J’ai quinze ans.
– Un gamin !
– C’était il y a longtemps !
Mohamed – Je termine le collège. Aujourd’hui, je termine le collège !
– Et maintenant, tu cours presque sur le trottoir de ta ville.
Mohamed – Je ne veux pas courir !
– Il presse le pas, joyeux, mais il ne veux pas courir, non.
Mohamed – C’est quand même mieux de pas transpirer quand tu annonces une bonne nouvelle !
– Il s’imagine déjà annonçant sa nouvelle.
– Il s’imagine le visage de son père.
Mohamed – Celui de ma mère, surtout !
– Ça n’arrive pas tous les jours dans la maison, une bonne nouvelle.
Mohamed – Je suis heureux !
– Les temps sont difficiles.
– Tu es fier, aussi.
– Il faut se serrer la ceinture.
– Mohamed presse son pas.
Mohamed – Mais je ne cours pas !
– Juste ce qu’il faut pour arriver chez lui avant que son père ne reparte au travail.
Mohamed – Je ne cours pas !
– Il ne veut pas courir, non.
Mohamed – Mon cœur, mon cœur
Demain pour toi
Ma vie bonheur
Je serai roi


Se procurer le texte intégral.

création dans le cadre des Chantiers du Fracas, CDN de Montluçon
mise en scène : Julien Geskoff
avec les élèves d’option théâtre du lycée Paul Constans, Montluçon

photographie : Cécile Durieux


compagnie Anteprima
mise en scène : Antonella Amirante
avec : Fatou Ba, Léna Dia, Jean-Erns Marie-Louise et Mohamed Zampou
scénographie et costumes : Elsa Belenguier
création lumières : Gabriel Guénot
création vidéo : Nicolas Maisse
regard chorégraphique : Mickaël Phelippeau

photographies : Mickaël Rodriguez