L’Essor pour Du Piment dans les yeux !

Traverser les frontières avec Du Piment dans les Yeux

Isère le 31 octobre 2016 – Gaëlle BARDIN

Traverser les frontières avec Du Piment dans les Yeux

La Compagnie AnteprimA qui poursuit sa résidence triennale au Théâtre de Vienne après avoir été associée en 2014-2015, présente sa nouvelle création mise en scène par Antonella Amirante à partir du témoignage poignant du jeune Mohammed Zampou. Elle sera jouée à Vienne les 3 et 4 novembre prochain.
Antonella Amirante conte la genèse de cette création, conçue à partir du texte de Simon Grangeat et avec le regard chorégraphique de Mickael Phelippeau. Pourquoi ce sujet : la migration ? Le projet sommeillait depuis longtemps dans le cœur du metteur en scène : il avait déjà donné lieu à de nombreuses lectures  notamment sur les textes d’Eri de Luca (Le Dernier Voyage de Simbad le marin).
Si la migration est le plus souvent abordée sous son angle journalistique, annonçant froidement  le nombre d’évadés morts ici et là, « je cherchais un autre point d’attaque », nous confie Antonella. Déjà, dans son spectacle La crise à tous les étages joué en 2014, on  en trouvait des prémisses : les spectateurs  montaient sur le plateau transformé en bateau comme autant de personnages en migration…

En quête du texte et des acteurs

« C’est  en échangeant avec Olivier Favier, journaliste-écrivain à la Maison Antoine-Vitez, que j’ai découvert ses  interviews de migrants, qui seront recueillis dans à un livre bientôt  présenté à Lucioles. Un jour, il m’a demandé de le rejoindre à Nantes, et c’est là bas qu’il m’a présenté Mohammed. Ce jeune Burkinabé né en Côte-d’Ivoire et arrivé en France après un long périple dans le seul but d’accéder à l’éducation, s’est révélé comme le moteur et le personnage central de ma création.
Son combat extraordinaire  allait donner corps et âme à mon spectacle et l’orienter pour en faire non pas une critique sociale mais plutôt un hymne à la force humaine et la volonté dont fait preuve celui qui choisit de ne pas subir la fatalité. Puis  Simon Grangeat a écrit le texte à ma demande en théâtralisant cette histoire qui mêle deux destins : celui de Mohammed, mû d’une soif inextinguible d’apprendre, et celui de la  jeune Isaura, fuyant  la guerre. « Un parcours croisé de deux jeunes gens qui affrontent notre monde et luttent pour se construire une digne existence ». C’est après avoir instamment  insisté pour passer l’audition, que le jeune Mohammed jouera son propre personnage, aux côtés de Fatou Ba, Léna Dia, et Jean Erns Marie Louise.
Du Piment dans les Yeux, un spectacle en mouvement, dont le décor et le titre sont encore des mystères à découvrir en venant rencontrer l’équipe et le travail remarquable de la compagnie Anteprima.