Terres closes

le textele contexte d'écriturelire le texteimages de la créationcaptations

Fragments d’errance à travers les frontières mondiales contemporaines.
De murs en murs. Ceux que l’on casse, ceux que l’on reconstruit.
Comment circule le monde ?
Qu’en est-il de l’étranger aujourd’hui ?
Des migrations et de ses clandestinités ?

Le périple entrepris par le voyageur commence le long du mur le plus important jamais érigé sur Terre : celui qui ceigne la frontière entre le Mexique et les États-Unis.
Il continue en Afrique, dans le Sahara, le long des frontières de Ceuta et Melilla puis en Méditerranée.
Le voyage s’achève sous le mur le plus infranchissable qui soit : le rempart d’un système administratif toujours plus complexe.


Terres closes est finaliste de l’Inédit Théâtre 2012.
Le texte a été sélectionné par le comité de lecture de l’association Postures et par le label Jeunes textes en liberté.
Il est publié en extraits dans la revue Le Bruit du Monde.
Il a été sélectionné par le Legal Aliens Theatre, la New Tides Plateform et le
Migrant Dramaturgies Network, traduit et lu à Londres et à Canterbury en 2019.

Terres closes a été crée en France par la compagnie Les Petites Gens, mise en scène de Muriel Sapinho, en 2017.
Closed Land a été créé à Londres par le Legal ALiens Theatre, mise en scène de Becka McFadden, en 2020.

Présentation du texte

Premier chant
Murs

En 1989,
j’ai onze ans.
En octobre 1989,
j’ai onze ans, et je me souviens.
Des scènes de liesse.
De victoires.
La foule innombrable,
fraternelle,
exubérante,
la foule, en flot compact,
joyeux, sous la lumière des
lampadaires et des puissantes lampes de chantier,
dans la nuit de Berlin.
Haleines en buée, bonnets de laine
et manteaux épais aux couleurs criardes.
J’ai onze ans, et je me souviens
de ces petites victoires, pierres arrachées une à une,
coups de masse donnés sur le rempart,
lui, debout, fier, dressé droit sur le mur, poing levé,
et les orchestres, et les danses, et le
flot continu franchissant la frontière.
Les embrassades.
En 1989, j’ai onze ans, et je me souviens.
On a dit une victoire.
On a dit la fin de la honte.
On a dit le monde libre.
Et les rages joyeuses ont mis à terre le mur.
On a dit un symbole.


Pour découvrir le texte intégral, vous pouvez en faire la demande ici.

compagnie Les Petites Gens
mise en scène : Muriel Sapinho
avec : Jean-Baptiste Epiard, Samuel Martin, Claire Olivier et Muriel Sapinho
scénographie: Thomas Pénanguer
création sonore et multi-diffusion: Michaël Filler
création lumière et régie générale : Mathieu Dartus
chorégraphies : Nabil Hemaïzia

photographies : Salomé Blechman

captation intégrale de la création par la compagnie Les Petites gens
captation intégrale de la création anglaise par le Legal Aliens Theatre