La Foire aux mauvaises herbes – 2007

Le TexteEn imagesLire le début du texteIls ont dit

Création plastique et théâtrale autour de la notion de mauvaises herbes, végétales et sociales.
La Foire aux mauvaises herbes a été mise en œuvre dans le cadre d’une résidence de la compagnie Traversant 3 dans le quartier de Gerland (Lyon).

En résumé…

Bartholomé Montségur, bateleur à l’ancienne, promène sa carriole de parcs en trottoirs, de places en marchés, au sein des quartiers les plus désaffectés de notre monde.
Il se fait fort de présenter au public sidérés les différentes espèces de mauvaises herbes qu’il collectionne – chômeur, fainéant, rebelles en tout genre.
Bartholomé Montségur démontre publiquement qu’il est possible de dresser ces plaies sociales afin de les transformer en citoyens conformes.
La Foire aux mauvaises herbes est une variation en forme d’agit’prop, une réaction épidermique à l’invective sarkozienne de « nettoyer la cité au kärcher », jouée dans les lieux types de la promesse présidentielle.

mise en scène de Simon Grangeat – compagnie Traversant 3
avec Richard Brun et Yonnel Perrier (jeu), Géraldine Bonneton (création des marionnettes et des masques), Stéphane Cavallini (éléments scéniques)

Ouverture

Bartholomé Montségur : Mesdames et messieurs, approchez ! Bienvenue à la Foire aux Mauvaises Herbes. Monstres, cas sociaux, exclus en tout genre, assistés, anormaux, border-line, immoraux, lèves-tard et autres ratés de la vie de groupe ! Mesdames et messieurs, le destin fait que certains naissent tulipes, roses, lys ou jasmins, quand d’autres sont orties, ronces ou chiendent. Mesdames et messieurs, si l’humanité n’était qu’un immense jardin, j’en serais le jardinier et j’arracherais joyeux tous ces parasites. J’élaguerais vos plates-bandes, je nettoierais vos trottoirs, je roundupiserais la société toute entière. Mais l’humanité n’est pas un jardin. L’humanité est un troupeau. Et un troupeau, ça se dresse. Mesdames et messieurs, vous les connaissez déjà et les craignez par dessus tout. Ou bien vous ne les connaissez pas du tout et, pour cela, les craignez encore plus ! Venez les observer dans un espace protégé. Jouez avec vos peurs ! Effrayez-vous sans risquer votre vie ! Venez rencontrer les Mauvaises Herbes !
Serviteur entre sur scène. Timide et disgracieux. Sur indications de Bartholomé, il se met à faire des tours sur lui-même, à s’exhiber, se vendre.
Désespéré, son père me l’a confié à l’âge de quatorze ans. Beau ! À force de travail, la Foire aux Mauvaises Herbes vous prouve que l’on peut transformer un cas sans espoir en modèle pour la société. Observez !
À Serviteur
Bonjour monsieur.
Serviteur : Bonjour monsieur.
Bartholomé Montségur : Comment allez-vous, monsieur ?
Serviteur : Je vais bien, merci. Et vous ?
Bartholomé Montségur : Je vais bien, merci. Suffit ! La suite.
Serviteur salut et sort. Il revient avec une série de cages contenant les différentes mauvaises herbes de la Foire.
Serviteur : Le Grand Bartholomé
Fait lui-même la récolte
Il traque chaque révolte
Et cueille les attardés
Plus l’ordre régnera
Plus la loi sera forte
Plus notre Foire fleurira
En rebuts de toutes sortes.
Bartholomé Montségur : Mesdames et messieurs, laissez-moi vous présenter mes mauvaises herbes. Ils sont petits de corps, ils sont petits d’esprit, seule leur bêtise est grande !
Serviteur range les cages, n’en laissant qu’une sur le plateau.

Réhabiliter la valeur travail

Serviteur : Mesdames et messieurs !
L’homme que vous voyez-là
Dormait sur les trottoirs
Quand Monsieur Bartholomé
L’a pris pour notre foire.
Monsieur Bartholomé
Lui a offert un toit.
Monsieur Bartholomé
Lui fournit le manger.
Monsieur Bartholomé
Lui donne aussi le boire
L’habille et le nettoie.
Comme remerciement ? Rien.
Pas de soifs, de désirs,
Aucune volonté.
Quand il n’y a pas de mordant,
Il n’y a pas d’envie non plus.
Bartholomé Montségur : Et vice et versa.
Serviteur : Qu’est-ce qui le sépare
Encore de l’animal ?
Du singe mastiquant
Fourmis et asticots ?
Du chien rongeant son os ?
De la hyène, du cafard,
Ou de la mouche à merde ?
Je vous le demande.
Bartholomé Montségur : Musique !
Serviteur s’exécute et met en route la musique.

La Foire aux mauvaises herbes repose sur une belle idée de mise en culture des résistants, de ces exclus du monde moderne dont on conserverait une sorte d’échantillon, comme on conserve les espèces végétales dans les jardins botaniques. Complexe, violente aussi, la pièce nous interpelle.
Comité de lecture du Panta Théâtre – Caen