Un cœur Moulinex / impressions de lectures…

Extrêmement bien documentée, la pièce a beaucoup d’intérêt et, au delà de son exemple, raconte avec intelligence une histoire beaucoup plus universelle : l’évolution entre une pensée capitaliste encore humaniste et paternaliste, d’une entreprise bâtie sur la production effective de biens de consommation utiles et les dérives d’une désindustrialisation qui passe par la robotisation, la délocalisation, l’abandon d’un savoir-faire pour finir par l’économie purement spéculative. Une pièce très instructive dans une forme, originale en France, de théâtre-documentaire.
Comité de lecture du Panta théâtre – Caen

Vrai texte de théâtre éducatif et populaire, Un cœur Moulinex est le symbole des dérapages du monde économique. Issus de tous les corps de métier, du fondateur aux ouvrières, du dessinateur industriel aux rapaces financiers, en passant par les historiques « contremaîtres », les personnages expliquent leurs vécus et suivent leur logique, plus ou moins humaine selon leur condition respective.
La pièce, construite en crescendo jusqu’à la chute finale de Moulinex, a des allures de drame antique.
Comité de lecture du Panta théâtre – Caen

L’auteur, grâce à une très forte empathie vis-à-vis de ses personnages, évite toute pédagogie roborative ou pire, tout cours d’histoire économique indigeste. À partir d’une documentation riche et dense, Simon Grangeat traduit très justement l’esprit des protagonistes et de l’époque : le rythme de l’écriture épouse celui de la chaîne et de la condition ouvrière (« La machine, ça coûte cher, alors on la graisse régulièrement, on l’entretient. Une ouvrière, on peut la changer plus facilement »).
La même histoire se déroulant en parallèle sur plusieurs niveaux hiérarchiques, la rupture entre l’ancien monde et le nouveau en est d’autant plus fortement violente.
Simon Grangeat traduit cette rupture à travers l’irruption du vocabulaire en « ing », l’implication des vautours de la grande distribution et des groupes financiers étrangers ou la disparition progressive des personnages ouvriers dans la pièce au fur et à mesure de la cassure économique. Mais surtout, à travers l’arrivée des financiers qui auront, forcément, le dernier mot, dans une terrible fuite en avant. Leur dernière phrase, lapidaire, conclut la pièce et une épopée industrielle à l’image de tant d’autres : « Appelez-nous un taxi, nous rentrons ».
L’horreur économique…
Comité de lecture du Panta théâtre – Caen

Véritable manuel à l’usage de tous pour comprendre les dérapages du monde, Un cœur Moulinex, texte à jouer et à vivre, écrit avec une virtuosité humaniste touchante et réaliste, mérite de circuler dans tous les lieux d’éducation et d’échanges, d’être traduit, lu et relu, ici, là-bas, partout.
Comité de lecture du Panta théâtre – Caen